Julia Minot – Psychologue

Thérapies de la reconsolidation

Qu’est-ce-que la thérapie de la reconsolidation ?

Issue de la méthode Brunet, cette thérapie permet de diminuer l’impact des souvenirs traumatiques, de traiter les états de stress post traumatiques (ESPT) et les troubles de l’adaptation : pertes, deuils compliqués, accidents, agressions, attentats, catastrophe naturelle, burn-out, harcèlement moral.

Une pilule pour oublier les attentats? Source: C à Vous. Diffusion du 14/09/2017

Qu’est-ce que l’Etat de stress post traumatique (ESPT) ?

Le trouble ou état de stress post traumatique (ESPT) regroupe une constellation de symptômes consécutifs à un événement traumatique, devenant pathologiques s’ils persistent plus d’un mois. Selon le manuel diagnostic des troubles mentaux (DSM-5), ils sont 20 (au maximum), regroupés en 4 catégories : reviviscences (sous forme de flashs traumatisants), évitements (éviter la foule, les transports en commun, etc), altérations négatives de la cognition et de l’humeur (dissociation, croyances négatives sur soi, les autres et le monde, irritabilité, pertes de mémoire, etc) et hyper réactivité (problème de sommeil, hyper vigilance, comportement imprudent, etc).

Suite à une exposition à un événement traumatique grave, un souvenir émotionnel intense se crée dans la mémoire du sujet. Celui-ci resurgit sans cesse avec la même force, à chaque évocation de l’épisode vécu, ou à chaque perception sensorielle déclenchant.

Pour savoir si une personne peut bénéficier de la thérapie de la reconsolidation, elle doit répondre à un questionnaire d’évaluation du traumatisme.

Le rôle de l’amygdale dans la mémoire

Lorsqu’un souvenir se grave dans notre mémoire, deux parties du cerveau entrent en jeu simultanément : l’amygdale et l’hippocampe. Ils représentent le centre de contrôle des souvenirs.

Centre de la mémoire épisodique, l’hippocampe retient les faits, tandis que l’amygdale retient les émotions rattachées aux événements. Si un événement émotionnel vaut la peine d’être retenu, l’amygdale et l’hippocampe sauvegardent le souvenir dans la mémoire à long terme. Plus l’émotion est forte, plus le souvenir sera marquant.

Si vous vous remémorez un souvenir important, vous revivez une partie de l’émotion qui y était rattaché, mais de façon moins intense. Chez les victimes du trouble de stress post-traumatique, le souvenir ne s’adoucit pas avec le temps.

Il est revécu indéfiniment par le sujet, avec une intensité comparable au moment de la survenance de l’événement.

 

En quoi consiste la thérapie ?

La Thérapie de la Reconsolidation mnésique, est une psychothérapie brève. Après la prise d’un bêtabloquant (le propanolol), associé à un protocole précis de réactivation du souvenir (sans lequel le médicament est inopérant), on demande au patient de rédiger son souvenir, qu’il relira à haute voix à chaque séance.  Le propanolol est notamment utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle et de la migraine. Il inhibe l’action du système nerveux sympathique, responsable de la réponse au stress.  Les molécules diffusées par le bétabloquant interfèrent dans le ré-enregistrement de la charge émotionnelle du souvenir dans la mémoire à long terme, sans l’altérer.

Au bout de 4 à 6 séances de façon hebdomadaires, la plupart des patients ressentent une nette diminution de leurs symptômes.

Quelles sont les bénéfices de la thérapie?

A l’issu de chaque séance, le patient répond au même diagnostic d’évaluation de son ESPT, permettant de mesurer l’évolution des symptômes et ses progrès. 

Cette psychothérapie permet de diminuer la charge émotionnelle du souvenir traumatique, pour le transformer en « banal mauvais souvenir » . Les symptômes de stress post-traumatiques estompés, permettent au patient de reprendre le cours normal de sa vie.

Liens utiles:

https://www.reconsolidationtherapy.com/therapie-reconsolidation/

https://www.lemonde.fr/medecine/article/2016/06/06/alain-brunet-le-psy-qui-repare-les-memoires-apres-les-attentats_4939335_1650718.html

http://www.info-trauma.org/fr/accueil